événement

[Educatice] - Transition numérique et écologie : comment mener les deux de front

Les 20, 21, et 22 novembre se tenait le salon Educatec-Educatice 2019, Porte de Versailles. Notre équipe a assisté à la conférence “Transition numérique et écologie : Comment mener les deux de front”

Cette conférence a été organisée par la ligue de l’enseignement de la Loire.
Deux experts étaient réunis pour l’occasion :
-    Emmanuelle Frenoux, maître de conférences en informatique à l’université Paris XI
-    Franck Besson, chargée de mission « environnement et transition écologique » au sein de la Ligue de l’enseignement de la Loire et porteur de projet européen « conscience numérique durable » 

La transition numérique a été, pendant un temps, associée à l’idée d’une « révolution écologique » : qui dit numérique dit moins de papier et des données dématérialisées.
Mais ce présupposé est fortement remis en question, et on sait aujourd’hui que l’accumulation et la circulation des données numériques génèrent un besoin exponentiel en énergie.
Cette conférence a posé quelques-uns des multiples impacts du numérique sur l’environnement pour étayer cette remise en question, avant de présenter une belle initiative de sensibilisation sur ces questions.


    
État des lieux


Pour introduire la conférence, Emmanuelle Frenoux a commencé par citer quelques chiffres (2018) :
-    en moyenne, plus de 6,4 écrans par famille qui sont présents dans les foyers
-    1 Américain possède en moyenne plus de 10 périphériques numériques
-    1 Américain utilise plus de 140G0 de données par mois

Et ces chiffres sont en forte progression.
Évidemment ces chiffres sont à nuancer sur le plan international avec des consommations très inégales et une consommation bien plus importante dans les pays développés.

 

transi1

 

Les impacts du numérique
Emmanuelle Frenoux a ensuite cité l’ensemble des impacts du numérique sur l’environnement, à commencer par un impact sur l’air, le sol et l’eau. En effet, la fabrication de matériel informatique requiert l’utilisation de métaux rares, difficiles à extraire.
Après la fabrication vient l’usage du matériel électronique, qui aggrave notre empreinte carbone (en augmentation de plus de 9% par an) ; cela provient principalement de l’usage des vidéos et des centres de données. 

Les entreprises, en plus de la consommation personnelle des individus, ont aussi un impact sur l’environnement. Chaque actif reçoit en moyenne 55 courriels par jour et en envoie 53 : cette circulation importante des données a un impact d’autant plus important.

Les matériels « hardware », une fois utilisés et consommés, posent d’importantes questions de recyclage. Moins de 40% de nos déchets informatiques suivent un process de recyclage.

En dehors du champ strictement environnemental, cette révolution numérique pose également la question de l’impact social, un des pans du développement durable. Les composants électroniques sont principalement fabriqués en Chine et en Inde, ce qui peut engendrer des problèmes de droit humain (exploitation, travail des enfants…) ; et en bout de chaîne, des pays comme le Ghana deviennent des déchèteries à ciel ouvert pour le matériel qui ne peut pas être recyclé. 


Focus sur une initiative dans le domaine de l’éducation
Les jeunes citoyens sont de plus en plus attentifs à l’urgence liée au réchauffement climatique et à l’ensemble des impacts listés par Emmanuelle Frenoux.
C’est dans ce cadre que Franck Besson présente un projet européen qui a pour but de promouvoir des bonnes pratiques en matière de développement durable au sein des établissements scolaires.
Le projet « Conscience numérique durable » a démarré fin 2018 avec 3 pays : la France, l’Italie et la Belgique, et financé avec le soutien de la Commission Européenne à travers le dispositif Erasmus+.

 

transi2 

 

Ce projet vise à créer, en 3 langues (français, italiens et anglais), 3 productions :
-    Un guide européen de sensibilisation
-    Un jeu éducatif sur les usages et « éco-usages » du numérique
-    Un module de formation à destination des établissements scolaires, en particulier les enseignants 
Les résultats de cette initiative seront rendus publics entre 2020 et 2021 ; l’état d’avancement est partagé sous forme d’une newsletter à laquelle vous pouvez vous inscrire dès maintenant.


Les impacts environnementaux des outils numériques sont bien connus depuis longtemps, et le bilan carbone d’un livre papier issu d’une filière PEFC est bien entendu inférieur à l’utilisation d’un matériel technologique qui épuise les « terres rares ». La circulation de données en streaming présente un bilan carbone plus important que l’aviation civile. Les relations et modèles sociaux se trouvent bouleversés par des pratiques dématérialisées.

Rien de très neuf dans ces présentations, et cette conférence nous a un peu laissé sur notre faim en matière de réponses claires et de solutions pratiques à adopter pour réduire l’impact environnemental de notre utilisation du numérique

Elle a permis néanmoins de poser des bases de réflexion saines et de présenter une initiative d’envergure de sensibilisation, essentielle pour que les acteurs de l’éducation mesurent correctement les enjeux environnementaux liés à leurs usages.


 

Partager l’article

Lire aussi

événement

Vous êtes fiers de vos cours ?! Nous sommes fiers de l'usage que vous faites de PopLab !

Participez à notre jeu concours, nous exposerons ceux qui POPent le plus lors de l'Université d'été Ludovia#17 (du 24 au 27 août 2020).

événement

Grâce au tournant numérique entamé il y a plusieurs années, la librairie LDE a su se mettre en ordre de bataille pour soutenir le secteur de l’enseignement et assurer une continuité pédagogique pour les élèves.

événement

Notre équipe de conseillers a assisté à plusieurs ateliers animés par des enseignants pendant les Ludoviales. En voici quelques extraits :

événement

BUGATTI contribue à l'initiative de la Librairie LDE et de la FONDATION PASSIONS ALSACE